La sécurisation de la N55 entre Le Roeulx et Binche

08/12/2017

  • Question écrite du 08/12/2017

    La RN 55, qui relie Le Roeulx et Binche, est un axe de communication important et fort fréquenté. On compte sur cette voirie 9 carrefours dont 8 sont aménagés en ronds-points. Un seul carrefour reste équipé de feux tricolores : le carrefour dit du « Tondeur ».
    En novembre dernier, suite à un accident qui s'était produit au carrefour, j'avais adressé à Monsieur le Ministre une question écrite sur la sécurisation du carrefour. Il m'avait répondu que « deux lanternes rouges pour le passage des piétons au droit du carrefour concerné étaient en panne.
    Cette défectuosité n'entraîne pas une mise au clignotant des feux tricolores, comme ce serait le cas pour le feu principal. Bien que la fréquence des cycles d'entretien de la signalisation tricolore est de trois mois, une intervention immédiate du prestataire de services d'entretien a été faite pour le remplacement des lampes défectueuses. La signalisation lumineuse était à nouveau opérationnelle le 16 octobre dans la matinée.
    Il convient de noter que la gestion d'un carrefour par feux tricolores est une configuration sécuritaire pour les usagers faibles, la solution d'un rond-point constituant, sur cet aspect spécifique, une alternative un peu moins sécurisante. ».
    Monsieur le Ministre peut-il me préciser les éléments objectifs qui étayent une telle affirmation ?
    Une CPSR a-t-elle déjà examiné les possibilités de renforcement de la sécurisation de ce carrefour ? Quelles sont les mesures préconisées ? Les autorités locales et la Zone de police concernées étaient-elles présentes à cette réunion ? Partageaient-elles l'avis de la CPSR ? Sinon, quel était leur position ?
    L'installation d'une passerelle piétonne a-t-elle été envisagée pour sécuriser les piétons ? Est-ce une hypothèse plausible ?
    Monsieur le Ministre peut-il me communiquer le nombre d'accidents et de victimes depuis 5 ans sur cette nationale et plus particulièrement au carrefour du « Tondeur » ?
  • Réponse du 18/12/2017 de DI ANTONIO Carlo


    La sécurisation du carrefour dit du « Tondeur » a été traitée en Commission provinciale de la Sécurité routière le 5 mai 2017, avec pour objectifs d'analyser la problématique de la traversée RAVeL au travers du carrefour à feux concerné et de renforcer la sécurité du carrefour par une régulation des traversées pour les piétons et cyclistes.
    Après discussion avec l'ensemble des parties prenantes, dont des représentants de la Ville et de la Zone de Police de La Louvière, il a été décidé de réguler cette traversée à l'aide de feux spécifiques pour les cyclistes et de créer juste à côté une nouvelle traversée pour les piétons. Celle-ci se fera en deux temps, avec réalisation d'un îlot refuge central. La grille de fonctionnement de feux sera adaptée en conséquence selon un nouveau plan de feux. La mise en œuvre de ce dispositif sera prévue dès 2018.
    Aucun autre type d'aménagement n'a été proposé en CPSR. Il convient de souligner que chaque configuration d'aménagement, feux ou giratoire, présente ses avantages et inconvénients en termes de sécurité routière et de mobilité et qu'il importe de réaliser le bon aménagement au bon endroit, au regard des objectifs et contraintes des lieux.
    Dans le cas évoqué, il s'avère que le carrefour se trouve sur un itinéraire Wallonie cyclable de type Ravel, où il convient de sécuriser au maximum les traversées cyclables pour tous, y compris pour les enfants. En effet, la tendance est au développement des itinéraires cyclables sur l'entité de La Louvière dans le cadre de la Wallonie cyclable, avec l'objectif de mettre plus de cyclistes non aguerris sur les routes.
    Une configuration en giratoire, tant pour les cyclistes moins aguerris que pour les piétons, est moins sécurisante qu'une gestion par feux, d'autant plus dans une configuration à deux bandes dans chaque sens et à 90 km/h. Rappelons également qu'une traversée cyclable en giratoire ne permet pas de donner la priorité aux cyclistes, au contraire d'une traversée piétonne, ce qui peut compliquer les traversées aux heures de pointe. Par contre, une régulation par feux leur donne du temps pour traverser en supprimant les conflits.
    Une étude suisse très intéressante confirme par ailleurs que les giratoires présentent un risque élevé pour les cyclistes, a fortiori si la configuration est à 2 fois 2 bandes.
    Une passerelle cyclo-piétonne pourrait représenter une option envisageable, mais semble disproportionnée en regard du rapport coût/bénéfice. Elle présente également des désavantages en termes de dénivelé, de détour d'accès pour les piétons, d'accessibilité aux PMR, de risque de chute.
    En ce qui concerne les accidents, sur base des données en provenance de la police pour la période 2011-2015 disponible, on recense 8 accidents corporels à ce carrefour : 1 en 2011, 1 en 2013, 2 en 2014 et 4 en 2015. L'accident de novembre dernier vient donc s'y ajouter. Sur la section de 11 km de la N55 (BK 22 à 33) entre Le Roeulx et Binche, on recense 65 accidents sur la même période.