Des moyens supplémentaires grâce au cdH pour l’accueil de la petite enfance et l’enseignement

Le récent conclave budgétaire du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a été l’occasion de faire avancer notre projet politique dans deux directions qui touchent les citoyens au quotidien : l’accueil de la petite enfance et l’enseignement.

Renforcer l’accueil de la petite enfance

Offrir aux familles des solutions concrètes pour l'accueil de leurs jeunes enfants, c'est un combat majeur du cdH. Ce combat nécessite en particulier de soutenir les acteurs de la petite enfance.

C'est pourquoi nous avons négocié et obtenu de créer un nouveau statut pour les accueillant(e)s d’enfants conventionné(e)s.

A notre initiative, l'indemnité journalière a été augmentée de 10% pour tou(te)s les accueillant(e)s de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Et une aide financière, sous la forme d’un prêt à 0% et d’une prime complémentaire (le BB pack), a été créée en Région Wallonne pour qu’elles ou ils puissent investir dans de l’équipement (lits, parcs, tapis de jeux...) et dans la sécurisation de leur milieu d’accueil.

La Ministre de l’Enfance, Alda GREOLI, a décidé de lancer un projet-pilote visant à leur accorder un statut de travailleurs(ses) salarié(e)s, sous contrat de travail à domicile avec un vrai salaire, équivalent à celui de puéricultrice. Un budget de 8 millions d’euros supplémentaires a été dégagé en 2018 (qui s’ajoutent aux 8 millions obtenus en 2017) afin d’inscrire dans la phase test 400 accueillant(e)s dès janvier prochain.

Réformer et soutenir l’enseignement obligatoire

83 millions d’euros ont été dégagés pour continuer à concrétiser le Pacte pour un enseignement d’excellence 

Les bâtiments scolaires auront une enveloppe augmentée de 24 millions d’euros pour faire face à la croissance démographique (33.000 places ont déjà été créées ou programmées de 2014 à 2020). Cette enveloppe nouvelle permettra de répondre aux besoins dans les zones à forte tension démographique.

23,6 millions d’euros vont permettre de renforcer l’encadrement dans l’enseignement maternel. Après le renforcement du cadre des enseignants en 2017, il est prévu en 2018 donner un statut à l’ensemble des ACS/APE psychomotricien(ne)s et de créer de nouveaux postes (postes ACS/APE et postes organiques).

Une enveloppe de 14,9 millions d’euros servira à développer le leadership pédagogique des directions (aide administrative) et 5,8 millions d’euros pour aider les écoles à mettre en place leur plan de pilotage (plan par lequel l’école se donne des objectifs).

2,5 millions d’euros ont été dégagés pour renforcer la gratuité scolaire. On commencera par les maternelles.

1,85 millions d’euros seront consacrés aux stratégies de lutte contre le redoublement et le décrochage scolaire via des dispositifs d’accompagnement personnalisé des élèves en difficulté. Le modèle se construit cette année, se déploiera à la rentrée de 2018 et montera en puissance les années suivantes.

Enfin, 3,75 millions d’euros vont être consacrés à la réduction de la charge des enseignants en classe et à leur permettre de développer des pratiques collaboratives.